• Difficultés dans la reconnaissance des visages _ Dire bonjour de manière adaptée

    Une autre difficulté majeure pour Julie est la compréhension des codes sociaux et la reconnaissance des visages. Il lui est donc très difficile de savoir adapter son "bonjour".

    En effet, pour saluer une personne très proche, on la tutoie, on lui dit "bonjour comment vas-tu ?" ou "salut, ça va ?" et souvent on lui fait la bise.

    Pour saluer un boulanger, un médecin, un professeur, on adapte également notre comportement notamment dans le salut : "bonjour, comment allez-vous ?" et éventuellement on lui serre la main.

    Pour saluer une personne qui attend dans une salle d'attente, on dit juste "Bonjour Monsieur (ou Madame)" puis on s'assied à son tour, sans serrer la main, sans faire la bise.

     

    Pour Julie tous ces codes sont "obscurs" et imprécis, d'autant plus qu'elle a de grandes difficultés à reconnaître les visages. Depuis plusieurs années, je fais donc un important travail sur ce point. Cela a commencé lorsqu'elle a fait partie d'un atelier avec d'autres enfants autistes lorsqu'elle avait 8-10 ans. Elle devait regarder attentivement les enfants de manière à les reconnaître, et leur dire "bonjour + prénom".

    Tant qu'elle n'était pas confronté à des situations quotidiennes plus "naturelles", cela ne posait pas problème, et même nous avions l'impression qu'elle n'avait plus de problème. Mais cela était une erreur.

    Je travaille ce point notamment avec les parents du Club de Natation. Nous attendons tous, plusieurs fois par semaine, nos enfants. Mais bien que tous les parents attendent ensemble dans le hall de la piscine, il y a des parents que l'on connait puisque nos enfants nagent dans le même groupe, ce sont des parents à qui l'on parle, voire à qui l'on fait la bise après 2 ou 3 ans de connaissance, et des parents que nous ne connaissons que de vue car leurs enfants n'ont pas le même âge... Il y a également les personnes du "public" qui viennent nager en même temps que le Club de Natation, mais que nous ne connaissons pas du tout.

    Julie a beaucoup de mal à s'y retrouver. Elle avait pris l'habitude de toujours faire la bise, à tout le monde, ce qui a donc induit un travail spécifique, car ce comportement s'il peut être socialement acceptable et sans conséquences en tant qu'enfant ne l'est plus du tout en tant qu'adolescente puis adulte plus tard.

    J'ai donc demandé à des parents qui voulaient bien (choqués au départ de cette demande pour certains) de ne plus lui faire systématiquement la bise, mais d'exiger que Julie les regarde, les reconnaisse pour (éventuellement) leur faire la bise. Pour cela, il faut que Julie dise "bonjour + nom ou prénom de la personne". Beaucoup de parents ont été très très surpris en constatant qu'après toutes ces années, Julie finalement, ne les reconnaissait pas (elle se trompe même de nom ou prénom, confond des parents). 

    Je fais donc un travail à la fois naturel, en situation, et un travail hors contexte à l'aide de photos de ces parents "volontaires". Ce travail a commencé il y a 2 - 3 ans, et commence à porter ses fruits pour les personnes connues, mais Julie a toujours tendance à continuer à faire la bise même si elle ne connait pas la personne.

    Depuis 1 mois, suite à une conversation avec une maman dont le fils est arrivé cette année dans le groupe de natation,  maman très surprise d'apprendre que Julie était autiste car Julie est "discrète", elle attend en jouant dans son coin à des jeux (sudokus, mots fléchés...) ou avec des consoles ou en écoutant son MP3, comme un adolescent "neurotypique" en apparence". Cette maman a donc été un peu choquée que je ne voulais pas que Julie lui fasse la bise. Je lui ai donc expliqué, et elle a souhaité (je lui ai proposé) que j'apprenne à Julie à la reconnaître pour que Julie lui fasse la bise. Nous avons travaillé en naturel en insistant sur "bonjour Marie", renforcé par un travail à la maison sur photo de cette maman.

    Cela semblait être acquis.

    Mais ce matin, cette maman n'était pas là. Ce matin, une autre dame est venue me parler alors que Julie et moi attendions comme d'habitude, à la piscine. C'est une personne que je connais depuis des années, car son fils est autiste aussi, que Julie a déjà vu quelques fois, mais il y a longtemps (plusieurs années) sans la connaître ni la reconnaître.

    Cette personne, tout comme Marie, est assez grande, cheveux blonds et cours. Dès qu'elle m'a dit bonjour, Julie s'est levée,  lui a dit "bonjour Marie" et lui a fait la bise. Puis elle s'est rassise et a continué ses sudolus. En fait, Elle s'est trompée mais ne s'en est même pas rendu compte ! Ce n'est pas la première fois, elle confondait aussi longtemps le papa d'une autre nageuse et un maître nageur, au profil similaire mais pourtant bien différent (aussi bien par l'âge, que la voix...).

    D'où un besoin de travailler encore ce domaine, et de rester vigilante.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :